• lun. Juil 22nd, 2024

FirstAfriqueTv

Le vrai visage de l’information.

MISE A LA RETRAITE D’OFFICE DES FSD : LE PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT CLARIFIE

Jan 29, 2024
Ppg

Des centaines d’agents du corps paramilitaire tout confondu ont été mis à la retraite d’office en République du Bénin. Cette décision est prise conformément à la loi 2020-19 du 3 juillet 2020 portant Statut spécial des personnels des forces armées du Bénin. Le porte-parole du Gouvernement explique et clarifie.

Ça grogne ! La décision de mise à la retraite d’office des personnels des forces armées du Bénin est vraisemblablement une pilule difficile à digérer par les Béninois. Lors de sa séance hebdomadaire avec la presse ce vendredi 26 janvier 2024, le Secrétaire général adjoint et porte-parole du Gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, a apporté des clarifications.

Ces désormais retraités ne partiront pas les bras ballants, a-t-il d’abord rassuré. A l’en croire, ils bénéficieront d’allocations prévues dans le décret N°2024-008 du 9 janvier 2024 portant modalités d’octroi d’allocation de mise à la retraite aux fonctionnaires des Forces de défense et de sécurité assimilées. « C’est moins une décision politique que professionnelle », a informé Wilfried Léandre Houngbédji. « Si vous êtes un professionnel de ces secteurs, de ces différents corps, le jour où vous les intégrez, vous savez très bien qu’à un moment donné, dès que les conditions sont remplies, vous pourriez être amenés à jouir de votre retraite de façon d’office », a-t-il justifié. En clair, tous les noms soumis au Gouvernement ont été proposés par la hiérarchie des différents corps. Dans le processus, « le Gouvernement n’a fait que jouer à l’arbitrage ». 

Par ailleurs, tous ces fonctionnaires admis d’office à la retraite vont toucher à leur pension normale dès le premier mois de celle-ci. Ils bénéficieront d’une allocation complémentaire. « Si par exemple, vous êtes mis à la retraite d’office,  alors que objectivement sans ça, vous serez à 5 ou 10 ans de votre retraite, la pension de retraite que vous percevez n’est pas amputée du temps que vous n’aviez pas effectué. Votre pension vous est versée intégralement. Pendant la première année, le complément qu’on vous fait vous permet de garder votre salaire actuel hors primes de responsabilité si vous en aviez », a renchéri le porte-parole du Gouvernement.

 

Que dit la loi ?

Il faut rappeler que le décret N°2024-008 du 9 janvier 2024 portant modalités d’octroi d’allocation de mise à la retraite aux fonctionnaires des Forces de défense et de sécurité assimilées comporte quatre (04) articles. Le premier article stipule que « la pension de retraite est calculée avec prise en compte des avancements automatiques d’échelons jusqu’à la date de retraite normale en considération du grade acquis à la date de mise à la retraite d’office ». L’article 2 précise que les modalités d’octroi de l’allocation de mise à la retraire d’office sont fixées comme suit : durant l’année 1 de sa mise à la retraite d’office, outre la pension de retraite à laquelle il a droit immédiatement, tout fonctionnaire mis à la retraite d’office bénéficie d’une allocation mensuelle correspondant à la différence mensuelle entre son salaire à la date de sa mise à la retraite d’office hors primes et indemnités de responsabilité et le montant de sa pension.

Cette allocation est versée mensuellement jusqu’au 31 décembre de l’année 1 de sa mise à la retraite d’office. L’allocation complémentaire après la fin de l’année 1 de mise à la retraite d’office se traduit dans le sens que tout fonctionnaire dont la date de retraite normale est située dans l’année 2 suivant l’année 1 de sa mise à la retraite d’office, bénéficie d’une allocation complémentaire correspondant au total des différences mensuelles telles que définies ci-dessus, calculé sur le nombre de mois de l’année 2 antérieurs à la date de sa retraite normale ; tout fonctionnaire dont la date de retraite normale est postérieure à l’année 2, bénéficie d’une allocation complémentaire correspondant à la totalité des différences mensuelles de l’année 2 et à la moitié de la totalité des différences mensuelles de la période s’étendant au-delà de l’année 2 jusqu’à la date de sa retraite normale. L’allocation complémentaire est versée en une fois à la fin de l’année 1. Pour l’application des dispositions du présent article, tout mois est considéré comme un mois entier quel que soit la date considérée du mois.

Séverin A./La Rédaction

First Afrique Tv